jeudi 13 octobre 2011

Le radeau de la Méduse

Le radeau de la Méduse a été rendu célèbre par le peintre Géricault, ayant immortalisé ce drame humain. La toile est exposée au salon de 1819 et se trouve actuellement au musée du Louvre. La véritable histoire est peut être moins connue du grand public.


Nous sommes à l’été 1816, dans l’Atlantique sud. Le comte de Chaumareys dirige une expédition, dont le but est d’emmener des colons au Sénégal, territoire rendu à la France après les guerres napoléoniennes. Le cortège se compose de quatre navires : deux frégates, La Méduse et L’Echo, deux navires plus gros et plus lents, La Loire et l’Argus. La Méduse transporte près de 400 passagers, composés de marins, de fantassins et de civils (artisans, commerçants, fonctionnaires).
Les côtes mauritaniennes constituent le principal danger de la traversée, au travers du banc d’Arguin, gigantesque banc de sable. Afin de le contourner, il convient de prendre le large et de sonder le fond régulièrement.
Chaumareys n’a pas navigué depuis 25 ans. Ses officiers le détestent. Il autorise ses passagers a donné des ordres à ces derniers. La querelle qui éclate entre le capitaine et ses officiers est à replacer dans le contexte politique du moment. Chaumareys est un rentrant, c'est-à-dire un des exilés revenu en France, en même temps que Louis XVIII. Il a reçu un grade supérieur à celui de son départ en exil. A l’inverse, tous les officiers ont été nommés sous la Révolution ou l’Empire.

Le 1er juillet 1816, Chaumareys ordonne de mettre le cap au large, mais se trompe sur la position de son navire. Il se trouve beaucoup plus au Nord, qu’il ne le pense. L’Echo qui n’a pas suivi la Méduse, prend une autre direction. Après plusieurs sondages, Chaumareys pense que le banc de sable est passé et met le cap au Nord. Le lendemain, un marin s’inquiétant de la clarté de l’eau, prend l’initiative de sonder le fond. Il n’est que de six brasses. L’alerte est donnée, mais trop tard. La quille heurte le sable. Le bateau s’immobilise, alors que la marée est haute. Les marins décident de fabriquer un grand radeau de vingt mètres sur sept, afin d’y entasser les marchandises, dans le but d’alléger le navire.
Le 4 juillet, une tempête se lève. La force des vagues brise la quille. Le navire s’affaisse davantage. Il est décidé de l’abandonner et de rejoindre la côte, via les canots de sauvetage. La Méduse n’en contient que quatre, auxquelles s’ajoute une grosse chaloupe. Les passagers embarquent, mais il reste 160 personnes, qui s’entassent sur le radeau, remorqué par les canots de sauvetage. Mais, la chaloupe surchargée, est difficilement manœuvrable. Elle dérive et menace de heurter la corde reliant le radeau et les canots. L’officier de la chaloupe hurle de donner du mou. L’ordre est mal interprété par les hommes du canot, qui coupent la corde.
Le courant emporte le radeau vers le large. Il n’y a pas assez de place pour les 160 personnes. Tout le monde ne peut s’asseoir. Le plancher est glissant. Le radeau épouse la forme des vagues. Dès les premières heures, de nombreux passagers passent par-dessus bord et se noient. Le lendemain, les naufragés se battent entre eux. Certains souhaitent se saborder, afin de hâter leur fin et d’éviter des souffrances inutiles.
Les soixante quinze survivants ont de l’eau jusqu’aux genoux. La faim les tenaille, malgré les poissons attrapés. La soif est étanchée par les réserves de vin embarquées, mais celles-ci ne durent que quelques jours. Au quatrième jour, tiraillés par la faim, ils mangent les cadavres des hommes décédés. Les blessés sont peu à peu éliminés, afin d’économiser les ressources. De leur côté, les autres embarcations regagnent Saint Louis du Sénégal, après quatre jours de navigation. L’Echo est déjà à quai depuis longtemps. Au douzième jour, il ne reste plus que quinze survivants. Les rescapés surélèvent le plancher, afin de ne plus être dans l’eau. Ils dressent une tente, à l’aide du mât, pour se protéger de la chaleur et du soleil.
Le 17 juillet 1816, ils aperçoivent une voile à l’horizon. Il s’agit de l’Argus, envoyé par Chaumareys, dans le but de récupérer, à bord de la Méduse, un coffre contenant 90.000 francs en pièces d’or et d’argent. Heureusement pour les rescapés, l’Argus les aperçoit et les repêche.


L’affaire gagne la France et suscite l’indignation de l’opinion publique. Au mois de mars 1817, Chaumareys passe devant un tribunal militaire. La cour l’accuse de l’échouage de la Méduse, des mauvaises conditions de son évacuation et de l’abandon du radeau. L’accusé est reconnu coupable, dégradé, radié de l’armée et emprisonné pendant trois ans.


Image :
Géricault : Le Radeau de la Méduse
source image : wikipédia

31 commentaires:

  1. je trouve cela très peux complet domage puisque ça interesse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. moi franchement je le trouve bien expliquer.
      Apres chacun c'est gout :)

      Supprimer
  2. J'ai trouver ce texte pas mal car il me faillais raconter l'histoire pour l'art plastique et en plus c'est noté (je suis en 4eme) !!! Merci beaucoup en espérant que j'aurais une bonne note!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil! mais c’est en histoire des arts et le prof est assez sévère sur les notes! je crois que grâce à ce texte je vais m’en refiler une bonne!

      Supprimer
    2. moi aussi le prof il est sévers sur les note et en plus je comprend rien

      Supprimer
    3. pareil aussi j'ai un devoir d'art plastique mais je suis en 5e et franchement c'est cool j'aurai une bonne note

      Supprimer
  3. bravo
    très bien expliquer :p

    RépondreSupprimer
  4. Très bien expliqué merci

    RépondreSupprimer
  5. j'ai bien aimé mais j'aurai aimé savoir c'est passé a prés c'est trois ans de prison

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A sa libération, il se retire dans la demeure familiale, le château de Lachenaud à Bussière-Boffy dans la Haute Vienne jusqu'à sa mort en 1841.

      Supprimer
    2. tu parle la France trop bien

      Supprimer
  6. je suis en 4 EMME eT en art plastique je dois faire le radeau de la meduse

    RépondreSupprimer
  7. pareil c tro chiant !! en tou cas merci a ceux du site pck sa ma bien aider !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ouai ta tro raison !!!

      Supprimer
    2. j'aime ton orthographe déplorable !!! mdr

      Supprimer
  8. C'est très intéressent pour mon sujet d'histoire des art ,je n'avais pas l'histoire entière du radeau de la méduse cela me permet de complété mon sujet! merci au site !

    RépondreSupprimer
  9. merci pour cela c très bien expliker

    RépondreSupprimer
  10. Merci pour cette explication, cette oeuvre ma tjrs fasciné .....après Dalí qui trone notre appt Mona Lisa à laquelle j'ai accordé une petite place tellement son sourire intrigue cependant Mickel Angelo prend le dessus avec la création d`Adam ( chapelle sixtine).....j`aimerai profiter de cette occasion pour demander : qui peut me vendre une copie de cette oeuvre : le radeau de la Meduse ? Qui me manque ......si vous avez merci de me contacter au:0664890631

    RépondreSupprimer
  11. Teaser : https://vimeo.com/98334036
    Docu-fiction qui sera diffusé sur ARTE fin 2014

    RépondreSupprimer
  12. Super mais moi qui es une dissertation a faire dessus n'est pas assez complet dommage

    RépondreSupprimer
  13. Moi je doit faire un fait divers mais je suis en seconde

    RépondreSupprimer
  14. Très bien expliqué parfait pour mon devoir

    RépondreSupprimer
  15. moi mon prof et trop simpa et il explique super bien avec beaucoup de video. Grace a ce site je ne vais pas le décevoir , merci.

    RépondreSupprimer
  16. MERCI JE DEVAIS PARLAIS DE LA MEDUSE ET J AI EUX 20/20

    RépondreSupprimer