samedi 14 janvier 2017

La guerre dans le centre ou l'échec de la contre-attaque confédérée



Le Tennessee est une région cruciale pour les deux camps. C'est une région frontalière de l'Alabama, du Mississippi et de la Géorgie. De l'autre côté, l'Etat ouvre sur l'Ohio, l'Indiana et l'Illinois. l'est de l'Etat, très montagneux, constitue une poche unioniste au sein de la Confédération.

En juillet 1862, le général Henry Halleck établit son quartier général à Corinth dans le Mississippi, qu'il fortifie. Il assure la police et l'administration du territoire occupé et répare le réseau ferré. Il divise son armée en deux. Au Sud, Ulysse Grant poursuit sa descente le long du fleuve, tandis qu'à l'Est Carlos Buell progresse vers Chattanooga en Alabama. Halleck doit regagner Washington, car il a été nommé général en chef des armées en remplacement de George McClellan suite à l'échec du plan Urbana. Grant devient le général de l'armée de l'Ouest. Côté sudiste, Braxton Bragg prend en charge le commandement de l'armée du Mississippi suite au limogeage de Pierre-Gustave Beauregard.
Buell possède un comportement similaire à celui de McClellan. Il recherche davantage à disperser l'ennemi pour l'affaiblir qu'à mener de grandes batailles. Son avancée est très lente. La cavalerie de Nathan Forrest a le temps de couper les voies de communication et de ravitaillement en détruisant les ponts et les rails. Par conséquent, Buell perd encore plus de temps pour réparer les dégâts. Lincoln et Halleck sont furieux du manque d'énergie du général. En juillet 1862, Buell n'est plus qu'à trente kilomètres de Chattanooga. Il subit les raids de la cavalerie de John Morgan. Avec 2.500 hommes, Forrest et Morgan ont réussi à ralentir puis à immobiliser une armée de 40.000 hommes. Il faut dire que la population soutient les cavaliers sudistes. Disparaissant dans les collines, menant des actions de guérillas, ces derniers peuvent frapper où et quand ils le veulent. Les Fédérés ne peuvent pas protéger tous les ponts et tous les tunnels disséminés sur un territoire aussi vaste. Ils ne possèdent pas non plus de cavalerie capable de rivaliser.

Dès sa prise de poste, Bragg entend bien profiter du désordre provoqué par la cavalerie pour contre-attaquer. A la tête de 40.000 hommes, il se dirige vers Chattanooga. Selon lui, Buell ne pourrait pas rester indifférent à cette menace et se lancerait à sa poursuite. De cette manière, il soumettrait son flanc à une attaque. De le cas où Grant viendrait lui prêter main-forte, les généraux Van Dorn et Price pourraient remonter eux aussi le Mississippi, prendre les Fédérés en tenaille et récupérer les territoires perdus. Bragg met au point un plan pour attaquer Grant à Corinth. Il donne l'assaut à Iuka, une ville fortifiée servant de dépôt d'armes et de munitions. Grant dépêche William Rosecrans pour défendre la place. Le 19 septembre 1862, les Confédérés échouent à prendre la ville.
Parallèlement, Bragg ordonne l'invasion du Kentucky dans le but de couper l'Union en deux, puis de pousser au Nord pour occuper Cincinnati et Chicago deux centres industriels importants. Le 14 août 1862, Kirby Smith se met en route avec 21.000 hommes. Il contourne les cols du Cumberland trop bien défendus. Le 30 août, il déferle sur Richmond dans le Kentucky à 120km au sud de Cincinnati, et remporte une écrasante victoire. Il s'empare ensuite des villes de Lexington et de Frankfort. Malgré ses succès militaires, les habitants du Kentucky ne rejoignent pas la cause du Sud. Bragg et Smith ont pu jouir de l'effet de surprise, mais ils ne disposent pas assez de ressources pour tenir le pays tout en se protégeant de la contre attaque nordiste à venir. En septembre, Bragg écrit à sa femme : " je suis cruellement déçu par la passivité de mes amis du Kentucky. Jusqu'à présent, je n'ai reçu aucune addition à mon armée. L'enthousiasme déborde, mais il se limite à un torrent de mots. Les gens d'ici sont trop cossus pour se battre".
Début octobre, Buell passe enfin à l'action dans le Kentucky. Les Fédérés possèdent l'avantage du nombre. La bataille de Perryville (7 et 8 octobre 1862) se révèle décevante pour les deux belligérants. Buell manque une occasion d'anéantir les Rebelles, tandis que Bragg échoue à remporter la victoire et à se rallier la population. Le général sudiste ordonne le repli de ses troupes sur Chattanooga à cause du manque de munitions et de l'état de ses hommes. Ses soldats sont malades, blessés ou fatigués. Buell n'en profite pas pour le poursuivre. Il préfère établir sa base à Nashville. Furieux, Lincoln le démet de ses fonctions et le remplace par Rosecrans.

Après la campagne, le Tennessee occidental est débarrassé de l'armée régulière sudiste et le nord du Mississipi est conquis. Le Tennessee oriental, bien que toujours intégré au sein de la Confédération, compte de nombreux sympathisants unionistes. La Confédération échoue dans sa tentative de retourner la situation. Cet échec limite les options stratégiques de Richmond, qui ne peut plus que défendre et tenter de créer des percées pour prendre Washington, ce à quoi va s'employer Robert Lee sur le front virginien.

Sources :
Texte :
- Mc PHERSON James, La Guerre de Sécession, Robert Laffont, Paris, 1991, 952p.
- KEEGAN John, La Guerre de Sécession, Perrin, Paris, 2013
- Eginhard, « La bataille de Perryville », www.histoire-pour-tous.fr, avril 2013
- Eginhard « La diversion de Iuka », www.histoire-pour-tous.fr, mars 2013
- Eginhard « L’invasion sudiste du Kentucky », www.histoire-pour-tous.fr, février 2013

Image : http://www.sonofthesouth.net/leefoundation/civil-war/1862/november/perryville-battle.jpg

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire