lundi 6 février 2017

Petite histoire féline



En 2004, les plus vieilles dépouilles de chats domestiques ont été retrouvées dans des tombes humaines chypriotes. Elles datent de -7500. Au Néolithique, les Hommes se mettent à cultiver la terre. Ils deviennent capables de produire de la nourriture et de la stocker. Ces réserves suscitent la convoitise des rongeurs. Attirés par ces animaux, des petits félins commencent à rôder autour des habitations. Les chats se rapprochent de l'Homme pour trouver de la nourriture. Les Hommes tolèrent les chats, car ils protègent leurs stocks.

Les généticiens ont prouvé que tous les chats descendent du même ancêtre : le chant ganté, l'une des quatre espèces de chats peuplant le Moyen-Orient. Deux vagues de chats ont successivement déferlé sur l'Europe et l'Afrique. L'une, durant le Néolithique en provenance du Moyen-Orient, a conquis l'est de la Méditerranée avant de gagner l'Europe. L'autre, quelques milliers d'années plus tard, s'est répandue sur le continent africain via l'Egypte. A la fin du XVe siècle, le chat débarque en Amérique avec les conquistadores, puis gagne l'Océanie au fur et à mesure des expéditions maritimes des XVIIe et XVIIIe siècles.

Les chats actuels portent les stigmates de la domestication. Celles-ci sont moindres que chez le chien domestiqué beaucoup plus tôt. Leur taille a diminué. La variété des robes s'est étoffée par les croisements. L'intérêt des sélectionneurs pour le chat est tardif. La sélection des races à pedigree est un phénomène datant du XIXe siècle. La quasi totalité des races existantes est créée entre la fin du XIXe siècle et aujourd'hui.

Sources
Texte : "Le chat, modérément domestique", Les Cahiers de Sciences et Vie, n°166, janvier 2017, pp17-19.

Image : falln-stock.deviantart.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire