dimanche 5 mars 2017

Al Capone : l'ennemi public n°1


Alphonse Capone nait le 17 janvier 1899 dans le quartier de Brooklyn à New York. Ses parents ont quitté Naples pour les Etats-Unis six ans plus tôt. Quatrième d'une famille de neuf enfants, Alphonse reçoit une éducation très sommaire. A 14 ans, il est renvoyé de son école pour avoir frappé une enseignante. Trainant dans les rues, il rencontre Johnny Torrio, le chef d'un gang de Brooklyn pour lequel il fait de petits boulots. Ensuite, il trouve un travail de videur dans un bar. Un jour il drague une femme d’une manière insistante en prononçant des paroles déplacées. Le frère de cette dernière vient la défendre. Capone ressort de la bagarre avec une balafre à la joue gauche, ce qui lui vaut le surnom de Scarface. En 1918, il épouse Mae Coughlin. Il en profite pour se ranger et trouver un emploi de comptable.

En 1921, Johnny Torrio reprend contact avec lui et l'invite à le rejoindre à Chicago. L'ancien chef de gang a profité de la prohibition pour faire fructifier ses affaires grâce à la vente illégale d'alcool. Capone se voit confier la gestion d'un restaurant le Four Deuces, qui sert de quartier général à Torrio. Devenu son bras droit, Capone intègre à l’équipe son frère Frank et un juif polonais du nom de Jack Guzik, qui demeurera son plus fidèle conseiller. Capone s'enrichit. Il se fait passer pour un marchand de meubles et achète une maison dans les beaux quartiers de la ville. Le nouveau maire de Chicago, William Dever, décide de lutter contre la corruption dans l'administration et la police. La bande déménage à Cicero dans la banlieue pour se faire oublier. Le 1er avril 1924, des policiers abattent Frank Capone. Les représailles du gang, qui terrorise la population, aboutissent à la démission du maire. La même année, Torrio et Capone sont en guerre contre le gang irlandais de North Side. Torrio échappe de peu à la mort. Il se réfugie en Italie confiant les rênes à Capone.

Devenu le maître, Capone s'empresse de conclure la paix avec les Irlandais et de corrompre la police en versant plusieurs millions de dollars par an. Il règne sur des maisons closes, des centres de paris, des distilleries, des bars, des commerces. Les activités légales servent à blanchir l'argent. Il élit domicile dans le luxueux hôtel Lexington qu'il transforme en forteresse. Son empire suscite des jalousies. Le 27 avril 1924, il est accusé d'avoir fait assassiner l'institut du procureur William McSwiggin. Il se met au vert plusieurs mois le temps que l'affaire se tasse. A son retour, il redore son blason. Il annonce publiquement qu'il se retire des affaires et finance les soupes populaires, ainsi que plusieurs œuvres de charité. Le souci de diversification pousse Al Capone vers le racket et la protection des commerçants et à agrandir son territoire notamment en éliminant le gang de North Side. Le 14 février 1929, le gang attend une livraison d’alcool. Les sbires de Capone surgissent et en les éliminant tous. Cette nuit demeure connue sous le nom de massacre de la Saint-Valentin.


A la fin de l’année 1929, des industriels soucieux de faire respecter l’ordre s’associent. Baptisés The Secret Six, ils financent le FBI et un groupe d’agents incorruptibles menés par Elliot Ness, ainsi qu’une brigade du fisc. Al Capone est attaqué sur plusieurs aspects : sur le terrain la police ferme ses installations et incarcère ses hommes par le biais de ses installations, tandis que le fisc enquête sur les revenus importants d’un homme censé être sans activité. Le 5 juin 1931, Al Capone est inculpé pour fraudes fiscales et d’infraction à la prohibition. Il est condamné à onze ans de prison. Incarcéré à Atlanta, il est transféré à Alcatraz en 1934. Il reçoit un coup de couteau dans la blanchisserie. Puis la syphilis contractée dans sa jeunesse arrive à son stade terminal. Le 16 novembre 1936, il est libéré pour raisons médicales. Il retourne vivre à Miami où il meurt le 25 janvier 1947.


"On obtient plus à demander poliment une arme à la main qu'à demander juste poliment."
Al Capone

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire